LEGALTECH : Comment la Legaltech Alexandrie™ veut lever des fonds par Crowdfunding

Alexandrie™ est un assistant de recherche juridique 2.0. Lancé en octobre 2018 et couvrant actuellement le Cameroun, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Gabon, et la RDC. La startup essaye actuellement de lever des fonds au moyen d’une plateforme de financement participatif, appelé communément, le « crowdfunding » pour un montant d’environ 15 millions de Fcfa. À travers cette plateforme de crowdfunding, les investisseurs peuvent contribuer les montants qu’ils souhaitent en échange de parts dans le capital social, faisant d’eux des actionnaires. La particularité de cette levée de fonds, c’est que, conscients que tout le monde n’a pas forcément de trésorerie disponible à l’instant t pour investir de façon conséquente, il est permis aux investisseurs de s’engager à souscrire un certain montant, mais à verser le montant en plusieurs échéances en différé, comme une sorte d’investissement à « crédit ».

LE CEO & CO-FOUNDER DES ÉDITIONS JURIDIQUES ALEXANDRIE, Erwin EBELLE explique :

DMF : Qu’est ce qui a poussé votre Startup à recourir au financement participatif dont on sait la pratique encore marginale chez les entrepreneurs en Afrique ?

Il s’agissait de pouvoir présenter le projet à un grand nombre d’investisseurs potentiels sur une plateforme qui centralise toute la procédure. C’est une méthode qui a fait ses preuves ailleurs, et qui, avec la sophistication de plus en plus croissante des Africains, saura, je n’en doute pas, rencontrer du succès auprès d’eux également. La plateforme permet aux Africains du Continent, ainsi que ceux de la diaspora, de réunir leurs fonds pour financer un projet destiné à l’Afrique, le tout, en quelques clics.


DMF : Pouvez-vous expliciter comment fonctionne cette opération ? Qui donnent de l’argent, comment et que reçoivent-ils en retour d’ Alexandrie ?

Le procédé est relativement simple en vérité. Nous avons créé un profil sur une plateforme du marché (Leetchi) avec les informations concernant le projet (description, montant recherché, etc.), puis nous avons partagé le lien qui permet aux investisseurs potentiels de venir se connecter à la plateforme et accéder au profil ainsi créé. Ensuite, ils n’ont qu’à cliquer sur « Je participe », et là, ils peuvent choisir le montant qu’ils veulent contribuer, et procéder au paiement en ligne. Ceux qui souhaitent mettre en place un paiement différé (en plusieurs fois) doivent nous contacter directement afin qu’on le mette en place manuellement. Les fonds iront dans un compte bancaire professionnel dédié et feront l’objet d’une utilisation transparente. En retour, les investisseurs recevront des actions au sein de la société, avec possibilité de toucher des dividendes lorsqu’il y aura de bénéfices réalisés.


DMF : Qu’est-ce qui vous donne la conviction que la levée de fonds d’Alexandrie™ par plateforme de financement participatif a toute ses chances pour un succès ? (Atout, montant engrangé, montant attendue, durée, nombre de participants)?

Le financement participatif est un moyen pour la communauté de soutenir des projets de développement de manière concrète. C’est l’étape qui suit la prise de conscience qu’on constate un peu partout, notamment sur les réseaux sociaux…Plus particulièrement, nous sommes convaincus qu’Alexandrie est un projet porteur, et que les investisseurs potentiels le verront ainsi. En termes d’engagement, nous avons déjà obtenu des engagements fermes à hauteur d’un peu plus de 25% du montant souhaité. Nous espérons continuer sur cette lancée et nous fixons jusqu’à la fin 2019 pour boucler cette levée de fonds.



DMF : Au plan juridique, quelle protection est offerte aux investisseurs ? Comment sont-ils assurés de retrouver leur mise ? Et que prévoit le contrat en cas (non souhaité) de défaut de paiement ?

Les investisseurs recevront des parts sociales dans la startup Alexandrie™, et bénéficieront des mêmes droits et protections juridiques qu’un associé au sein d’une société par actions, au prorata de son investissement. Ainsi, les investisseurs prendront part aux décisions prises par assemblée générale, et auront droit aux bénéfices distribués en fonction de leur pourcentage dans le capital. En cas de faillite, les procédures judiciaires de liquidation classiques organiseraient le remboursement éventuel du capital investit après que les dettes aient été couvertes. Tous ces droits seront formalisés dans des statuts qui seront signés par tous les investisseurs à l’issu de la levée de fonds.


DMF : Est-ce qu’Alexandrie™ recoure à d’autres sources de financement en dehors du crowdfunding ? L’estimez-vous meilleur ou moins conseillé pour les Startups africaines ?

Nous sommes en discussion avec des « Business Angels » pour une éventuelle levée de fonds complémentaires pour financer son déploiement. Je pense que c’est aussi une bonne méthode pour se financer. Elle n’est pas très différente du « crowdfunding », la particularité c’est qu’ici on a plus souvent affaire à un échantillon plus réduit de la population, qui investit des montants importants, et qui est bien plus expérimenté en affaires, et donc plus exigeant.


DMF : Que faites-vous, où, quand, comment à Alexandrie. Où en êtes-vous ? Quels sont les projets ? 

Nous offrons deux produits phares pour l’instant : L’assistant de recherche juridique numérique Alexandrie™ permettant d’accéder efficacement au contenu des textes de loi et à la jurisprudence ; et une plateforme de recherche et de mise en relation avec les professionnels du droit (avocats, notaires, huissiers, etc.) baptisée Allo Maître™. La version d’essai de l’assistant de recherche Alexandrie™ est disponible en ligne gratuitement depuis octobre 2018 à l’adresse www.editions-alexandrie.com, et la version finale devrait être disponible dans les mois à venir. La plateforme Allo Maître™ est en cours de conception, et la levée de fonds servira précisément à financer cette conception qui se fait en plusieurs étapes. Nous travaillons pour l’instant depuis les locaux de GLENCOE ADVISORY, entreprise de conseil en investissement pour les investisseurs internationaux, située à Akwa proche du Collège de la Salle. Nos produits sont conçus au Cameroun par des développeurs expérimentés. Nous saluons d’ailleurs nos partenaires de chez COTAFRIC ainsi que nos partenaires de TECHSOFT WEB AGENCY, dont les développeurs travaillent avec rigueur pour matérialiser ce projet. Pour la suite, nous envisageons déployer progressivement sur tout le Continent africain. Pour ça, il faut des moyens logistiques, et les levées de fond successives serviront à financer cette expansion.

Propos recueillis par Willy ZOGO

Contacts Alexandrie 

Email : contact@editions-alexandrie.com

Réseaux sociaux : Linkedin, Facebook

Hits: 841

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
40 ⁄ 20 =