BRVM : Ecobank Asset Management sanctionnée par le CREPMF

Le Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF), autorité de régulation des Marchés Financiers de l’UMOA, a frappé le directeur général de la filiale spécialisée d’Ecobank Development Corporation (EDC), Mike Coffi. Entre la sortie du Financialafrik et le droit de réponse de EAM, ce qu’il faut comprendre.

En matière de procédure administrative devant l’autorité de régulation des marchés financiers, les sanctions ne sont pas systématiquement rendues publiques. La raison simple tient sans doute au fait que la confiance étant le moteur des marchés, toute nouvelle ou toute procédure de sanction n’est pas nécessairement bonne à diffuser, sauf à vouloir renchérir la sanction en atteignant à la notoriété et à la crédibilité du mis en cause.

A lire aussi :  BOURSE| UEMOA : En 2020, la BRVM a totalisé 46 actions, 80 obligations et 3 sukuks cotés

Dans l’espèce, l’affaire tranchée par le gendarme du marché, le CREPMF, fait état d’une sanction contre Mike Coffi. Concrètement, ce dernier est interdit d’exercice pour 10 ans. Au demeurant, Ecobank Asset Management par la voix d’Ecobank Côte d’Ivoire, ne nie pas sa défaillance et l’existence d’un lourd passif.

Mauvaise gestion financière ?

Sur le point du lourd passif, le média qui a révélé l’affaire explique que, « dirigée jusqu’à il y a peu par Mike Coffi, Ecobank Asset Management accuse un passif  de près de 60 milliards de FCFA (90 millions d’euros). » Pour sa part, EAM se défend de n’accuser aucun « passif de près de 60 milliards de FCFA».

En effet, la réaction en face s’est faite sous la forme d’un droit de réponse d’Ecobank Côte d’Ivoire. Ce dernier a indiqué que : « le 05 février 2021, faisant suite à un article paru sur le site Financial Afrik, le 04 février 2021, ayant pour titre «Ecobank Côte d’Ivoire dans l’œil du cyclone», Ecobank Côte d’Ivoire aimerait apporter d’importantes clarifications relatives au contenu de cet article. EDC Asset Management (EAM) n’est pas une filiale d’Ecobank Côte d’Ivoire, mais une filiale d’Ecobank Development Corporation (EDC), une autre entité du groupe Ecobank. Ecobank Côte d’Ivoire et EAM sont des entités légales distinctes et n’ont aucun lien d’actionnariat entre elles ».

Cette sortie de l’établissement bancaire Ecobank Côte d’Ivoire vise clairement à allumer un contre-feu face à l’idée selon laquelle, si la sanction du CREPMF est restreinte dans un certain périmètre, rien n’indique que la Commission bancaire ne se saisisse de l’affaire. En d’autres termes, si Ecobank Côte d’Ivoire n’est pas prise dans ce « cyclone », il n’y a pas de raison d’y inviter le régulateur bancaire.

Gestion des Fonds Commun de Placement 

En outre, le journal évoque un aspect pénal de l’affaire en même temps que la responsabilité du Conseil d’administration dans la gouvernance des entreprises et des institutions financières. Il relève en outre qu’au début 2020, Ecobank Asset Management gérait 180 milliards de FCFA à travers une palette de plusieurs fonds commun de placement action et obligataire avec près de 27% de part de marché. Toute chose qui a sans doute attiré des investisseurs qualifiés à l’instar de Proparco, Saham, Allianz ou encore Sunu.

Rappelons qu’Ecobank Asset Management est agréée comme société de gestion. Elle gérait il y a peu neuf Fonds Communs de Placement (FCP) dont l’un est en cours de transformation en Sociétés d’Investissement à Capital Variable (SICAV) du fait de l’importance de sa taille.

Précisons que les Sociétés de Gestion d’OPCVM (SGO) sont des sociétés exclusivement dédiées à la gestion collective à travers les OPCVM (Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) qui regroupent les SICAV (Sociétés d’Investissement à Capital Variable) et les FCP (Fonds Communs de Placement). Ces deux organismes sont de natures juridiques différentes, mais ont la même vocation. Le principe général est la gestion collective.

Lire également : UEMOA : Le CREPMF retire l’agrément d’apporteur d’affaires à la Générale des Finances

Un FCP est une copropriété de valeurs mobilières qui n’a pas de personnalité morale. Un FCP est obligatoirement géré par une société de gestion d’OPCVM (” SGO “). Chaque investisseur, appelé ” porteur de parts ” détient une quote-part du fonds, au prorata des parts qu’il détient. Une SICAV est une société anonyme de gestion de fonds où les investisseurs deviennent directement actionnaires du fonds et ont ainsi un droit de vote lors des assemblées générales du fond. Une SICAV peut assurer elle-même la gestion financière de son portefeuille d’actifs (SICAV dite ” autogérée “) ou la confier à une SGO.


DMF

Vues : 350

Une réflexion sur “BRVM : Ecobank Asset Management sanctionnée par le CREPMF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 − 25 =


%d blogueurs aiment cette page :